Newsletter

RDC : Le choc du pain en perspective (Tribune)

Nous (RDC) importons au moins 50% de notre blé de l’Ukraine que l’on transforme sous forme de farine nécessaire à la fabrication de notre pain. Malheureusement, vous êtes tous au courant de la situation dramatique de notre pays exportateur (Ukraine) qui aujourd’hui subit une agression militaire de la part de la Russie. La production du blé de l’Ukraine et donc l’approvisionnement du blé de la RDC vont nécessairement être impacté au mauvais sens du terme. C’est inéluctable !

Au regard de ce fait, je crois que si le prix du pain «Kanga journée» n’augmente pas pour éviter une révolte sociale, le grammage va sans doute fortement diminuer. Il faudra sans doute payer plus demain pour manger la même quantité de pain qu’aujourd’hui. Des mesures doivent être prises pour éviter une crise alimentaire et peut être sociale. Pour ma part, les mesures urgentes sont :

  • Une exonération totale sur les droits de douanes à l’importation du blé ;
  • La constitution des réserves stratégiques de blé ;
  • Dégraissement des charges fiscales en faveur des entreprises intervenant dans la chaine de valeur du pain.

Peu importe les mesures prises, le choc sera brutal et la RDC ne sera pas épargnée des conséquences de la guerre en Europe. On devra tout faire preuve résilience et de solidarité. À long terme, il faudra entamer une réelle réflexion sur l’indépendance alimentaire de la RDC. Pour le pain, il faudra se poser la question technique suivante :

Peut-on et doit-on remplacer le blé par le manioc pour la fabrication de notre pain afin de ne plus dépendre de nos importations de blé pour être en mesure de manger du pain le matin ? Si oui, on fait comment ? Il ne s’agit pas seulement d’une question strictement économique ou alimentaire, mais surtout d’une question de sécurité nationale. Prenons conscience. Bon courage à tous et que Dieu nous garde.

Possible choc pétrolier : la RDC est-elle prête ?

Pour l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), les sanctions prises contre la Russie après son invasion en Ukraine risquent de perturber la production russe de pétrole. Or le pays est le plus gros exportateur mondial de pétrole brut et de produits raffinés. Le volume de ses barils exportés pourrait baisser de près de moitié et aucun autre pays producteur ne s’est pour le moment proposé pour compenser cette perte. L’institution craint donc un «choc mondial de l’offre pétrolière».

En cette période d’incertitude mondiale qui engendre une hausse des prix de l’énergie, les stocks stratégiques de carburant de chaque pays deviennent des outils de stabilité économique et sociale ainsi que de souveraineté et d’indépendance stratégique. Concernant la RDC, la loi oblige l’État à constituer des stocks stratégiques notamment de carburant afin d’assurer la sécurité du territoire et de sauvegarder les besoins immédiats dans les circonstances exceptionnelles.

Ainsi donc la question est : Quelle est la quantité de carburant que la RDC a déjà stockée (mètre cube) ? Le stock existant couvre combien de mois de consommation pour toute la république ? Le stock est-il disponible de manière équitable et aisément à travers tout le territoire ? Il ne faut pas attendre un choc pétrolier pour penser sereinement, froidement et de manière pragmatique aux réponses à apporter à ces questions. Il y va de la stabilité économique, sociale et même politique de la République.

Engunda Ikala, Juriste

Dans la même catégorie

Contrat SICOMINES : Le ministre des Finances examine la mise en place d’un mécanisme financier et de bonne gouvernance pour les ressources issues de...

La gestion des fonds du projet Sino-Congolais des Mines (SICOMINES) était au cœur d'une réunion présidée le jeudi 18 juillet par le ministre des...

RDC : Le gouvernement suspend l’importation des bières et boissons gazeuses pour une durée de 12 mois

Le gouvernement congolais, par le truchement du ministère du commerce extérieur, a suspendu pour une durée de 12 mois, l’importation des bières et boissons...

Spoliation des terrains de la SNCC : la ministre Acacia Bandubola appelée à bloquer la délivrance des titres aux bénéficiaires

Le conseil d'administration de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) sollicite l'implication de la ministre des Affaires foncières, Acacia Bandubola,...

RDC: L’UE alloue 1 millions d’euros pour contenir la propagation de la variole du singe

L’Union européenne (UE) a annoncé, jeudi 18 juillet, l'allocation d'une aide humanitaire supplémentaire de 1 millions d'euros pour soutenir la lutte contre la propagation...

RDC : Le gouvernement mobilise 18,546 millions USD à la séance du 16 juillet 2024 grâce aux Obligations du Trésor

Le Gouvernement congolais, par le truchement du ministère des Finances, a mobilisé 18,546 millions USD lors de la séance d’adjudication des Obligations du Trésor...

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading