Newsletter

Polémique autour de la haie d’honneur réservée à Alingete à l’Unikin : « en perte de vitesse, les prédateurs des finances ratent leur sale besogne » (Tribune)

Qui se sent morveux se mouche, dit-on. Jamais une personnalité politique en RDC n’a fait l’objet d’attaques en règle comme l’Inspecteur Général des Finances, Chef de Service, Jules Alingete, depuis qu’il a reçu mission d’appliquer à la lettre les recommandations du Président de la République, Félix Tshisekedi , pour une lutte sans merci contre la corruption en République Démocratique du Congo. 

Après avoir essayé en vain de le museler pour étouffer son combat, le réseau de syndicalistes des prédateurs de la République  ne rate pas une occasion pour déstabiliser l’homme qui a permis l’assainissement des finances publiques en RDC et dont dépend la forte mobilisation des recettes qui ne glissent plus dans les poches d’individus véreux ayant longtemps été habitué à s’enrichir scandaleusement aux dépens des contribuables. 

Sevrés des fonds publics grâce auxquels ils manipulaient leurs propres compatriotes en se faisant passer pour des bienfaiteurs avec les résidus de l’argent public volé, la maffia des prédateurs a plusieurs fois multiplié des menaces de mort envers Jules Alingete qu’ils croyaient pouvoir ainsi écarter allègrement de leurs différentes chasses gardées dans les administrations et autres entreprises publiques.

Imperturbable, Jules Alingete n’a de salut que dans le soutien total dont il bénéficie de la part du Président de la République qui ne lésine pas sur les moyens pour mettre à l’abri celui qui symbolise désormais la lutte implacable contre la corruption, principal cheval de bataille du Président Félix-Antoine Tshisekedi dans sa quête permanente de l’établissement de l’état de droit.

Sueurs froides à l’unikin

Après cette mise au point nécessaire, l’on peut maintenant comprendre les dessous de cartes de la campagne contre la haie d’honneur offerte à Jules Alingete à l’UNIKIN, à l’occasion du débat scientifique qu’il a animé le mardi 12 juillet dernier, devant la communauté savante de la colline inspirée.

Depuis près de deux mois maintenant, l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a décidé de faire de la science le fondement de l’action publique par l’organisation hebdomadaire des conférences débats sur des grands sujets de société. Pour honorer les têtes couronnées choisies comme conférenciers, le service de sécurité civil de l’Université de Kinshasa ( ce n’est ni la police ni l’armée) a mis en place un protocole d’honneur à l’entrée de la salle de promotion, dans le but bien compris de mettre en condition les invités et de susciter les vocations auprès des étudiants. Ainsi le prix Nobel Denis Mukwege, le Ministre d’État Guy Loando, le Ministre José Mpanda de la recherche scientifique et Innovation Technologique ont-ils reçu les mêmes honneurs que ceux réservés à Jules Alingete. Et il en sera de même pour d’autres conférenciers à venir. 

Maintenant, la question est de savoir pourquoi seule la haie d’honneur à l’Inspecteur Général des Finances, Chef de Service fait l’objet d’une campagne virale dans les médias mainstream ? La réponse est dans la question. Il faut déranger celui qui dérange. Et la stratégie consiste à chahuter la forme pour noyer le fond. Très affûté, le syndicat de détourneurs des deniers publics a trouvé une astuce consistant à tirer à hue et à dia sur le protocole afin de rendre inaudible le contenu des échanges entre Jules Alingete et le public académique. Mal leur en a pris parce que, tout comme à L’IFASIC ou face aux leaders d’opinion (artistes musiciens, comédiens, journalistes), Jules Alingete a demandé à la plus grande institution universitaire du pays de s’approprier le combat tous azimuts de la lutte contre la corruption et le détournement de deniers publics initiée par le Président de la République dans l’intérêt de tous. L’Inspecteur Général des Finances Chef de Service a établi une corrélation entre la lutte contre la pauvreté et la lutte contre les détourneurs et autres corrupteurs. Car lorsque le coulage de recettes est maîtrisé, l’assiette budgétaire augmente et permet en conséquence au Gouvernement de résoudre les différents problèmes sociaux auxquels le pays fait face. Avant la remise en selle de l’Inspection Générale des Finances par le Chef de l’État, la palme d’or du détournement des deniers publics revient, selon le constat fait par Jules Alingete, à la décennie 2010-2020. « Les gens volaient l’argent du contribuable en toute impunité comme s’il s’agissait d’une compétition », a dénoncé le Shérif national des finances publiques devant des scientifiques médusés suspendus à ses lèvres. Égal à lui-même, Jules Alingete a demandé à la communauté académique d’inverser la tendance en criant haro sur les détourneurs au lieu de les porter en triomphe lorsqu’ils pavoisent avec le fruit du détournement.

C’est ce discours fatal à une classe politique sclérosée composée en grande partie des détourneurs patentés que l’on a cherché à tout prix à noyer sous les flots d’une critique sensationnelle à travers les réseaux sociaux. Quoiqu’il en soit, il y a fort à espérer que si Jules Alingete continue sur sa lancée, la peur va à coup sûr changer de camp. Et ça sera le peuple d’un côté contre le camp des détourneurs dont la demeure sera la prison. La campagne de sensibilisation de l’Inspecteur Général des Finances Chef de Service a ceci de bénéfique qu’elle aide à déconstruire la mentalité consistant à faire de la politique le seul ascenseur social. La politique doit redevenir un sacerdoce bénévole au service du peuple. Et pour atteindre cet objectif noble, toutes les forces vives de la nation  doivent être mises à contribution en vue d’inspirer la peur du gendarme aux voleurs putatifs. Et Jules Alingete de rassurer : « celui qui est derrière moi – entendez le Président de la République – est plus fort que tous les détourneurs et leurs syndicats ». La victoire contre la corruption et le détournement des deniers publics devient à ce prix certain.

Jean Thierry Monsenepwo, cadre de l’Union sacrée et président de la ligue des jeunes du CCU

Dans la même catégorie

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

RDC: Doudou Fwamba et l’Association Congolaise des Banques pour une croissance économique durable

Le ministre des Finances, Doudou Fwamba Likunde, souhaite voir les banques congolaises devenir des moteurs de croissance économique et de développement afin de créer...

RDC : la Banque Mondiale débourse 400 millions USD pour la 1ère phase du programme d’accès aux services d’eau

La Banque mondiale a lancé mercredi 17 juillet 2024, la première phase du programme d'accès aux services d'eau et d'assainissement (PASEA) à Tshikapa, chef-lieu...

RDC: le gouvernement infligera une amende de 50 millions de CDF à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique

L'Etat congolais va désormais infliger une amende de 50 millions de francs congolais à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique.Telle...

RDC: La chambre des mines de la FEC célèbre la nomination de son ex-président Louis Watum

Louis Watum Kabamba, ministre de l'Industrie et du Développement des PME et des Petites et Moyennes Industries, a été célébré le mercredi 17 juillet...

RDC: une délégation de l’ANAPEX édifiée sur le processus d’exportation au port de Matadi

En mission au Kongo Central, une délégation de l'Agence nationale de promotion des exportations (ANAPEX) conduite par le directeur de développement de produit et...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading