Newsletter

Fonds de résilience aux changements climatiques : la RDC frappe au guichet du FMI

La Troïka politique du Gouvernement, qui regroupe les ministères des Finances et du Budget ainsi que la Banque Centrale du Congo, a échangé, vendredi au cabinet du ministre des Finances, avec une délégation du Fonds monétaire international (FMI), en mission de travail à Kinshasa.

Conduite par Mme Mercedes Vera-Martin, la délégation du FMI a échangé avec la partie gouvernementale autour des questions touchant aux perspectives macroéconomiques et au cadrage des réformes structurelles prévues dans le cadre de l’accord triennal conclu en juillet 2021, dont la troisième revue vient d’être clôturée avec une note satisfaisante du Conseil d’administration du FMI en décembre 2022.

Au terme de ces échanges, la mission a appelé le Gouvernement de la RDC à redoubler d’efforts pour les étapes qui restent à franchir. A cet effet, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi Kadima-Nzuji, a rappelé l’objectif ultime, celui relatif à la conclusion d’un nouveau programme triennal en 2024. Ce qui sera une première dans l’histoire de la République Démocratique du Congo (RDC), a indiqué Nicolas Kazadi sur le compte twitter du ministère des Finances.

Mais, le plus grand dossier en négociation entre le FMI et le Gouvernement porte sur l’alignement de la RDC aux Fonds de résilience aux changements climatiques, une nouvelle ligne de crédit que le FMI a ouvert pour aider certains pays à faire face à cephénomène. A l’instar du Rwanda qui a bénéficié, en décembre d’une enveloppe de 319 millions USD du FMI, dans le cadre de ce programme, la RDC, présentée comme «pays-solution» en matière de réchauffement, aspire aux mêmes avantages.

En effet, concernant spécifiquement le Rwanda, le FMI a approuvé un financement de 319 millions USD pour «soutenir la lutte contre les changements climatiques».

Ce programme s’inscrit dans la droite ligne de son Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, «afin de résoudre une partie du problème de changement climatique, et de mieux préparer les pays aux risques de pandémies futures». Il prévoit des prêts aux pays pauvres, remboursables sur une période de 20 ans, avec une grâce de 10 ans et demi.

Premier du genre pour un pays d’Afrique, il permettra d’aider les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, vulnérables «à relever les défis structurels à long terme tels que le changement climatique grâce à des financements à long terme et à faible coût», a déclaré le FMI.

Ces dernières années, le changement climatique devient un enjeu de développement majeur pour les pays africains jugés peu pollueurs, mais en première ligne quant aux conséquences du réchauffement climatique. Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d’une aide dans ce cadre. Deux pays américains, le Costa Rica et l’île de la Barbade, ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier.

«Le Rwanda dispose d’un bilan solide en termes de réformes économiques et est très avancé dans la mise en place d’une stratégie climat». Ce financement «doit permettre de soutenir les autorités dans leurs efforts de stabilisation macroéconomique (…) et d’adaptation au changement climatique», selon le FMI.

«Le Rwanda reste vulnérable aux chocs extérieurs. Les prix de l’énergie et alimentaires élevés vont continuer à nourrir l’inflation et affaiblir ses réserves», avait cependant souligné Haimanot Teferra, responsable de l’équipe du FMI qui s’est rendue sur place du 26 septembre au 7 octobre. Si le Rwanda a eu droit à un tel appui du FMI, il n’y a aucune raison que la RDC ne soit alignée sur la prochaine liste des bénéficiaires. Pendant le séjour de ses experts à Kinshasa, la question sera en discussion, en attendant d’être portée au niveau du Conseil d’administration du FMI.

DosEco.CD avec Econews 

Dans la même catégorie

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis mercredi 17 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

RDC: Doudou Fwamba et l’Association Congolaise des Banques pour une croissance économique durable

Le ministre des Finances, Doudou Fwamba Likunde, souhaite voir les banques congolaises devenir des moteurs de croissance économique et de développement afin de créer...

RDC : la Banque Mondiale débourse 400 millions USD pour la 1ère phase du programme d’accès aux services d’eau

La Banque mondiale a lancé mercredi 17 juillet 2024, la première phase du programme d'accès aux services d'eau et d'assainissement (PASEA) à Tshikapa, chef-lieu...

RDC: le gouvernement infligera une amende de 50 millions de CDF à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique

L'Etat congolais va désormais infliger une amende de 50 millions de francs congolais à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique.Telle...

RDC: La chambre des mines de la FEC célèbre la nomination de son ex-président Louis Watum

Louis Watum Kabamba, ministre de l'Industrie et du Développement des PME et des Petites et Moyennes Industries, a été célébré le mercredi 17 juillet...

RDC: une délégation de l’ANAPEX édifiée sur le processus d’exportation au port de Matadi

En mission au Kongo Central, une délégation de l'Agence nationale de promotion des exportations (ANAPEX) conduite par le directeur de développement de produit et...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading