RDC: « Le Congo n’est pas à vendre » exige l’annulation des rémunérations illégales octroyées aux mandataires publics non actifs

La Coalition Congo N’est pas à Vendre (CNPAV) appelle le Premier Ministre, Sama Lukonde, à retirer les articles 11 des décrets n°23/14 et n°23/14B du 12 Avril 2023 modifiant et complétant les décrets relatifs au statut des mandataires publics des entreprises du portefeuille de l’Etat et des établissements publics.

En effet, ces dispositions permettent le paiement illégal de rémunérations mensuelles aux mandataires publics non actifs.

Dans un communiqué parvenu à DosEco.CD, le CNPAV indique que les mandataires non actifs sont les représentants de l’État congolais qui siègent au sein du conseil d’administration et aux réunions des assemblées générales des entreprises de l’État mais qui ne gèrent pas au quotidien ces entreprises. 

Leur rôleau sein des ces entreprises, explique-t-il, est limité et ne constitue pas un emploi ; les mandataires non actifs exercent généralement d’autres fonctions permanentes et payantes. 

« C’est pourquoi la loi qui fixe l’organisation et la gestion du portefeuille de l’Etat prévoit qu’ils soient payés par jeton de présence pour le temps (partiel) et les tâches limitées qu’ils accomplissent (participation aux réunions du conseil d’administration et des assemblées générales. Or les décrets précités prévoient désormais des revenus mensuels et violent donc manifestement la loi ».

« Le paiement des rémunérations mensuelles aux mandataires publics non actifs est une nouvelle forme de captation des ressources publiques par l’élite politique congolaise au détriment des populations dont près de deux tiers vivent dans l’extrême pauvreté », a déclaré Jean Claude Mputu, Porte-Parole de la Coalition CNPAV. 

Et de poursuivre : « Nous savons que bon nombre des mandataires publics non-actifs sont également des parlementaires qui, du coup, auront droit à une deuxième rémunération mensuelle en plus des émoluments faramineux qu’ils touchent chaque mois ».

Le CNPAV exhorte également le Président Félix Tshisekedi, en sa qualité de Chef du
pouvoir exécutif, à instruire le Premier Ministre de retirer l’article 11 commun aux deux décrets précités. Il invite également le Parlement à interpeller le Premier Ministre et la Ministre du Portefeuille afin de donner des explications sur cette situation.

En cas de non retrait de ces dispositions réglementaires illégales, les membres du CNPAV se réservent le droit de saisir le Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de ces deux décrets illégaux qui octroient des rémunérations mensuelles indues aux mandataires non actifs et ce, au détriment des intérêts des populations congolaises.

Roberto BUTARE 

Dans la même catégorie

RDC: l’ANAPEX sensibilise les opérateurs économiques sur les modalités de participation au Forum Chine-Afrique 

La Chine va organiser en septembre prochain le forum économique Chine-Afrique pour échanger sur les opportunités économiques qu'elle entend offrir au continent. Membre du comité...

RDC: Judith Suminwa invitée à prendre un décret limitant le recrutement à 15 membres pour les cabinets ministériels

Dans le but de réduire le train de vie des institutions, le Centre de recherche en finances publiques (CREFDL) appelle la première ministre, Judith...

RDC : une délégation du CEEC et le ministre des mines évoquent l’encadrement des substances minérales de différentes filières 

Le ministre des mines, Kizito Pakabomba, s'est entretenu lundi 24 juin 2024 avec une délégation du Centre d’Expertise d’Evaluation de Certification des substances minérales...

RDC : auprès de J. Shabani, les députés nationaux de la Tshopo plaident pour l’organisation d’une conférence de paix et de développement 

Reçus ce lundi par le VPM de l'Intérieur et Sécurité, Jacquemain Shabani, les députés nationaux de la Tshopo ont proposé l'organisation d'une conférence de...

Ministère de l’Économie: Vital Kamerhe accusé d’avoir licencié abusivement 500 anciens agents du Cadre Permanent de Concertation Économique

L'ancien vice-premier ministre et ministre de l'Économie, Vital Kamerhe, est accusé d'avoir licencié plus de 500 anciens agents du Cadre Permanent de Concertation Économique...

RDC: Malgré l’inflation sur les marchés, le gouvernement constate une amélioration des indicateurs macroéconomiques

Les indicateurs macroéconomiques, notamment le produit intérieur brut (PIB), l'inflation et les données relatives au marché du travail, se sont améliorés par rapport à...

Exetat 2023-2024 : le Gouvernement Suminwa à la rescousse des finalistes du Nord-Kivu

La Première Ministre, Judith Suminwa, a lancé ce lundi 24 juin, la 58ème session ordinaire de l'examen d'Etat, au lycée Monseigneur Shaumba, dans la...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading