Newsletter

Lualaba : L’exploitation illégale d’une mine à Kisankala fait des victimes

Tribune de Petit Ben Bukasa, Directeur de publication du média en ligne Les médias.net

À la suite des derniers évènements observés lors de manifestations violentes survenues au niveau du village de Kisankala dans la province du Lualaba le 18 et 19 mai 2023, nos reporters se sont intéressés de comprendre l’origine de telles situations où des civiles, manifestants ont été victimes de tirs d’armes de guerre. 

En effet, nous avons appris sur place que ces manifestations ont pour origine un malaise au sein de la population et principalement de la communauté des artisans creuseurs qui sont chassés par des HOMMES ARMÉS de certains sites où ils avaient l’habitude de creuser pour que des opérateurs de nationalité libanaise puissent s’y installer et exploiter librement.

La tension aurait apparemment monté dès qu’une jeune femme a été blessée d’une balle tirée dans sa jambe lorsque ces mêmes hommes armés repoussaient les manifestants des sites qu’ils sécurisent. Les plus radicaux des manifestants s’en sont pris à des engins et camions pour les incendier et ainsi bloquer les activités sur les sites d’exploitation que certains nomment Kalakundi, Sierra ou encore MOTO POMPE.

Du fait de cette crise sociale et ces violences, une délégation du gouvernement provincial, menée par le Ministre des Mines s’est empressée le lendemain sur les lieux pour calmer les esprits et promettre aux creuseurs qu’ils pourront travailler dans certaines zones de ces sites en bonne entente avec lesdits opérateurs libanais.

Malheureusement, nous avons constaté un énième incident violent entre des creuseurs et un opérateurs miniers industriel, presque un cas banal depuis que nous vivons des telles situations dans la province du Lualaba, sauf que lorsque l’on étudie la situation plus en profondeur, on se rend compte qu’il s’agit d’un fait beaucoup plus inquiétant et sensible que cela.

Tenez, les lieux dits de Kalakundi, Sierra et MOTO POMPE, sont des zones minières qui se trouvent au sein d’un périmètre minier connu du cadastre minier comme étant le Permis d’Exploitation n°591 dont le titulaire est la société minière Swanmines issue d’un partenariat entre la compagnie Africo Resources DRC et la GCM. 

Nantis de ces informations, nous avons pris l’initiative de nous adresser auprès de représentants de la société minière, titulaire des titres, pour avoir leur position quant à ces évènements dramatiques dans leurs périmètres. 

Bien que ces représentants n’aient pas voulu participer à une interview directe, ils nous ont informé que le périmètre concerné fait l’objet d’une spoliation industrielle desdits opérateurs libanais qui exploitent illégalement dans les sites de Kalakundi, station de pompage et Sierra depuis plusieurs mois où la protection est assurée par les éléments armés. 

Nos interlocuteurs nous expliquent que ces opérateurs illégaux se sont accaparé des sites par la violence et la menace via des hommes armés qui ont littéralement attaqué les gardes de sécurité qui étaient alors en poste, il y a de cela plusieurs mois.

La réalité est qu’il semble que la concession d’exploitations artisanales dans le périmètre existe depuis 2016. Mais que ces exploitations ont été chassées et remplacées par ces nouveaux spoliateurs industriels qui agissent et exploitent tels que des envahisseurs.

Nous sommes avisés que des plaintes auraient été adressées aux autorités provinciales et nationales, ainsi que des plaintes militaires mais aussi au niveau du Palais de la Nation, sans pour autant voir une seule action concrète à l’encontre des opérateurs spoliateurs, ni même des receleurs des minerais volés que sont certaines usines chinoises bien connues au Lualaba et Katanga. 

Une action judiciaire serait ouverte auprès du Parquet Général, mais là aussi, selon eux, force est de constater que les opérateurs sont à ce point protégés qu’ils se permettent avec leurs hommes armés de s’opposer à toute action du Parquet sur le terrain.

Nos interlocuteurs nous disent encore espérer de l’autorité suprême et de la justice une intervention mais que pour eux leurs droits sont bafoués à un point encore jamais vu dans le secteur. 

« C’est aujourd’hui plus de 200 camions de minerais par jour qui sortent du gisement sans qu’aucune autorité compétente ne s’en inquiète », nous dira un agent de la sécurité de la compagnie.

Les différentes sources approchées, tant dans la communauté qu’au sein de la compagnie Swanmines, rapportent toutes qu’il est de notoriété publique que ces opérations sont organisées sous le couvert de personnes prétextant être membres de la famille présidentielle, leur permettant de bénéficier d’une impunité totale de la part des autorités militaires et civiles.

D’un autre côté, nous nous posons plusieurs questions telles que : 

– comment un Ministre Provinciale peut promettre aux artisans creuseurs et à ses opérateurs le partage et l’exploitation des sites de la compagnie Swanmines, titulaire du périmètre PE591 ?

– Pourquoi une société minière, titulaire de droit miniers, payant ses droits superficiaires est-elle incapable de recevoir écho de ses plaintes pour avoir assistance des autorités provinciales et nationales compétentes ?

– Comment les artisans creuseurs en arrivent-ils à se soulever et brûler des engins miniers après avoir été l’objet d’un refoulement extrêmement violent de la concession Swanmines, sans que le concessionnaire ne soit lui-même appelé pour débattre devant les autorités provinciales de l’incident constaté dans son périmètre ?

– Pourquoi tant de personnes approchées et rencontrées nous affirment que cette exploitation industrielle est organisée pour les intérêts de membres de la famille présidentielle ?

–    Pourquoi les autorités civiles et militaires ne semblent pas répondre aux missives et requêtes de la direction de Swanmines ?

Il semble bien que les évènements du 19 mai derniers ne soient que le sommet d’un iceberg et que d’autres incidents sont à craindre car beaucoup de questions restent ouvertes et sensible dans un contexte où le Président de la République s’époumone à améliorer le climat des affaires et combattre la corruption à tous les niveau.

Dans la même catégorie

Contrat SICOMINES : Le ministre des Finances examine la mise en place d’un mécanisme financier et de bonne gouvernance pour les ressources issues de...

La gestion des fonds du projet Sino-Congolais des Mines (SICOMINES) était au cœur d'une réunion présidée le jeudi 18 juillet par le ministre des...

RDC : Le gouvernement suspend l’importation des bières et boissons gazeuses pour une durée de 12 mois

Le gouvernement congolais, par le truchement du ministère du commerce extérieur, a suspendu pour une durée de 12 mois, l’importation des bières et boissons...

Spoliation des terrains de la SNCC : la ministre Acacia Bandubola appelée à bloquer la délivrance des titres aux bénéficiaires

Le conseil d'administration de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) sollicite l'implication de la ministre des Affaires foncières, Acacia Bandubola,...

RDC: L’UE alloue 1 millions d’euros pour contenir la propagation de la variole du singe

L’Union européenne (UE) a annoncé, jeudi 18 juillet, l'allocation d'une aide humanitaire supplémentaire de 1 millions d'euros pour soutenir la lutte contre la propagation...

RDC : Le gouvernement mobilise 18,546 millions USD à la séance du 16 juillet 2024 grâce aux Obligations du Trésor

Le Gouvernement congolais, par le truchement du ministère des Finances, a mobilisé 18,546 millions USD lors de la séance d’adjudication des Obligations du Trésor...

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading