Newsletter

Projet route Mbuji Mayi-Kananga: l’arbitrage de l’IGF risque d’entraîner une surfacturation de 348 millions $ (CREFDL)

Le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local (CREFDL) s’est penché sur la sortie médiatique de l’Inspection Générale des Finances au sujet d’un prétendu détournement des fonds alloués au projet de construction de la Route Nationale N°1 (RN1), dans son tronçon reliant la ville de Mbuji-Mayi à celle de Kananga.

Selon l’IGF, l’évaluation des travaux dénote que 3 millions USD seulement ont été déjà utilisés et requiert la poursuite des travaux avec les 24 millions de dollars qui auraient été détournés. Néanmoins, elle refuse de valider un nouveau paiement de 29 millions d’USD au profit de la Société SAMCRETE, chargée d’exécuter les travaux.

Dans un communiqué publié vendredi 27 octobre, CREFDL, une structure de la société civile spécialisée en finances publiques, souligne que le contrat signé au Caire, en Egypte entre le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI-RDC) et l’entreprise SAMCRETE ENGINEERS & CONTRACTORS (Egypte) porte sur les travaux de construction de la route revêtue de 188 Km sur la Route Nationale N°1 (RN1) dans son tronçon reliant la ville de Mbuji-Mayi à celle de Kananga pour un montant de 302.863.635,87 $ sous le contrôle et la surveillance de la firme GRAND GROUP International (Kossovo).

Pour la mise en œuvre du projet, explique la même source, l’article 12.5 du contrat prévoit le versement d’une avance de démarrage de 30% (90 millions $) du montant du marché et une garantie bancaire. Après négociation, le FPI a effectué un paiement de 9% (27 millions $) contre des coûts des lots I et II chiffrés à 41 108 903,90 USD, soit 65,6%. Un complément de 21%, soit 63 millions $ est toujours attendu jusqu’à ces jours. 

De son côté l’entreprise SAMCRETE a fourni une garantie bancaire d’un montant de 63 millions $ et n’attend que le décaissement des fonds pour accélérer les travaux sur terrain. 

Après la signature en octobre 2021 d’un avenant au contrat initial, les travaux proprement dits ont démarré le 20 février 2023. Selon CREFDL, ils consistent au traçage et au nivellement du sol.

« Plusieurs équipements sont déjà arrivés sur le site à Mbuji-Mayi hormis ceux qui sont bloqués à Matadi, Lubumbashi et Kinshasa. Le processus de dédouanement de tous ces matériels a été soumis au contrôle de l’IGF pour une durée moyenne de validation de deux mois. Jusqu’à ce jour l’IGF n’a jamais été validé. Ce qui bloque la poursuite des travaux », indique Valérie Madianga,  directeur de cette structure.

Au stade actuel, « SAMCRETE n’a pas encore présenté une facture des travaux exécutés comme sollicité par le FPI en attendant le déblocage de la totalité de l’avance de démarrage pour laquelle l’entreprise a déjà disponibilisé la garantie bancaire ».

CREFDL se demande comment l’IGF est-elle parvenue à dégager cet écart et à affirmer que les travaux réalisés indiqueraient 3.109.000,30 USD, soit un taux d’exécution de 11%.

De ce fait, Il demande à la Présidence de la République de demander à l’Inspection Générale des Finances de respecter les clauses du contrat signé entre Samcrete et le FPI. Quant au premier Ministre, CREFDL l’invite à prendre le lead du projet et à solliciter un audit complémentaire de la Cour des Comptes pour mettre un terme à cette guéguerre et de faire cesser cette dispute, qui risquerait d’entraîner une surfacturation du projet à environ 348 millions $.

In fine, l’Inspection Générale des Finances est appelée à œuvrer en toute neutralité et de ne pas se laisser tomber dans la manipulation au risque de conduire le pays à une condamnation à l’international.

Il sied de rappeler que ces travaux s’inscrivent dans le cadre du programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités.

Robert BUTARE 

Dans la même catégorie

Contrat SICOMINES : Le ministre des Finances examine la mise en place d’un mécanisme financier et de bonne gouvernance pour les ressources issues de...

La gestion des fonds du projet Sino-Congolais des Mines (SICOMINES) était au cœur d'une réunion présidée le jeudi 18 juillet par le ministre des...

RDC : Le gouvernement suspend l’importation des bières et boissons gazeuses pour une durée de 12 mois

Le gouvernement congolais, par le truchement du ministère du commerce extérieur, a suspendu pour une durée de 12 mois, l’importation des bières et boissons...

Spoliation des terrains de la SNCC : la ministre Acacia Bandubola appelée à bloquer la délivrance des titres aux bénéficiaires

Le conseil d'administration de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) sollicite l'implication de la ministre des Affaires foncières, Acacia Bandubola,...

RDC: L’UE alloue 1 millions d’euros pour contenir la propagation de la variole du singe

L’Union européenne (UE) a annoncé, jeudi 18 juillet, l'allocation d'une aide humanitaire supplémentaire de 1 millions d'euros pour soutenir la lutte contre la propagation...

RDC : Le gouvernement mobilise 18,546 millions USD à la séance du 16 juillet 2024 grâce aux Obligations du Trésor

Le Gouvernement congolais, par le truchement du ministère des Finances, a mobilisé 18,546 millions USD lors de la séance d’adjudication des Obligations du Trésor...

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading