Newsletter

RDC: Le FMI demande au gouvernement de limiter les dépenses non substantielles 

Dans un contexte de fortes incertitudes, le Fonds Monétaire International (FMI) a appelé les autorités de la République démocratique du Congo à la limitation des dépenses non essentielles.

Dans une déclaration faite mardi 31 octobre, cette équipe, de l’une des institutions de Bretton Woods, soutient que la RDC devrait plutôt conjuguer des efforts pour améliorer la gestion des finances publiques et la mise en œuvre de la politique monétaire.

« Sur le plan budgétaire, il est crucial de garder les dépenses non essentielles sous contrôle, de rationaliser les dépenses en biens et services, tout en préservant les dépenses sociales et les investissements prioritaires », lit-on dans la déclaration faite par le chef de l’équipe du FMI en RDC, Calixte Ahokpossi. 

Dans ce même contexte, la mission du FMI a salué la récente décision des autorités d’accroître les prix à la pompe et de rembourser une partie des arriérés de subventions aux carburants. De l’avis du FMI, ĺes politiques budgétaires doivent être soutenues par des efforts de réforme continus pour améliorer le processus budgétaire, renforcer la gouvernance budgétaire et améliorer l’efficacité des dépenses. 

Ces efforts, explique-il, incluent l’opérationnalisation de la Direction générale du Trésor et de la comptabilité publique, des progrès vers le compte unique du Trésor et le renforcement du contrôle des dépenses en procédures d’urgence.

Néanmoins, sur le plan monétaire, le FMI soutient que la BCC devrait renforcer la mise en œuvre de la politique monétaire afin de contenir les pressions inflationnistes.

« La flexibilité du taux de change reste essentielle pour absorber les chocs extérieurs et préserver les réserves. Les interventions sur le marché des changes devraient se limiter à atténuer les épisodes d’extrême volatilité du taux de change. Le FMI continuera également à soutenir des réformes ambitieuses visant à renforcer la stabilité financière et à améliorer l’accès aux services bancaires ».

Pour cette  institution de Bretton Woods, les autorités congolaises devraient intensifier leurs efforts pour améliorer la transparence et la gouvernance, y compris via l’engagement continu à publier en temps opportun les contrats miniers et des institutions de contrôle fortes, telles que la Cour des Comptes ou l’Inspection générale des finances. 

Au cours de la réunion du Conseil des ministres tenue le vendredi 20 octobre dernier, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a déploré une forte pression des dépenses publiques sur la trésorerie de l’Etat en ce quatrième trimestre de l’année 2023.

Face à cette situation, l’argentier national a pris des mesures d’urgence adaptées en vue de soulager le Trésor public et permettre la réalisation avec succès des dépenses contraignantes.

Dostin Eugène LUANGE 

Dans la même catégorie

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis mercredi 17 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

RDC: Doudou Fwamba et l’Association Congolaise des Banques pour une croissance économique durable

Le ministre des Finances, Doudou Fwamba Likunde, souhaite voir les banques congolaises devenir des moteurs de croissance économique et de développement afin de créer...

RDC : la Banque Mondiale débourse 400 millions USD pour la 1ère phase du programme d’accès aux services d’eau

La Banque mondiale a lancé mercredi 17 juillet 2024, la première phase du programme d'accès aux services d'eau et d'assainissement (PASEA) à Tshikapa, chef-lieu...

RDC: le gouvernement infligera une amende de 50 millions de CDF à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique

L'Etat congolais va désormais infliger une amende de 50 millions de francs congolais à toute personne auteur de pollution sonore sur la voie publique.Telle...

RDC: La chambre des mines de la FEC célèbre la nomination de son ex-président Louis Watum

Louis Watum Kabamba, ministre de l'Industrie et du Développement des PME et des Petites et Moyennes Industries, a été célébré le mercredi 17 juillet...

RDC: une délégation de l’ANAPEX édifiée sur le processus d’exportation au port de Matadi

En mission au Kongo Central, une délégation de l'Agence nationale de promotion des exportations (ANAPEX) conduite par le directeur de développement de produit et...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading