Revisitation du contrat Sicomines : la RDC détiendra désormais 40% des parts dans la gestion du barrage de Busanga (IGF)

Le contrat chinois, initialement signé en 2008 entre le gouvernement congolais et le Groupement d’entreprises chinoises (GEC) échangeant des infrastructures contre des minerais, a été soumis à une révision suite à un rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF). Cette révision a conduit à la signature d’un mémorandum d’entente le 19 janvier 2024, révisant la répartition des actions pour la gestion du barrage hydroélectrique de Busanga, situé dans la province du Lualaba.

Lors d’une conférence de restitution des travaux de renégociation, le 26 janvier 2024, Jules Alingete, Inspecteur général – chef de service de l’Inspection générale des Finances (IGF), a expliqué que la gestion du barrage sera désormais partagée. Ainsi, la RDC détiendra 40% des actions de gestion, tandis que la partie chinoise en détiendra 60%.

« Les deux parties se sont convenues que le barrage de Busanga, qui a fait l’objet de la constitution de la société Sycohydro, ce barrage sera conjointement géré par la République Démocratique du Congo et le groupement d’entreprises chinoises. Comme vous le savez, la RDC n’était pas représentée dans la gestion de ce barrage. Désormais, la RDC détiendra 40% d’actions dans la gestion du Barrage de Busanga, tandis que le groupement d’entreprises chinoises en détiendra 60%. Les 40% attribués à la République Démocratique du Congo constitueront une minorité de blocage en ce qui concerne les décisions du conseil d’administration », a révélé Jules Alingete Key.

De plus, les deux parties ont convenu de responsabiliser la RDC dans la gestion de la SICOMINES.

« Comme vous le savez, le rapport précédent avait critiqué l’absence d’implication de la RDC dans la gestion financière, commerciale et technique. Cependant, les deux parties se sont entendues pour renforcer la présence de la partie congolaise », a fait savoir le numéro 1 de l’IGF.

La centrale hydroélectrique de Busanga, objet de cette révision, a une capacité de 240 MW, avec une production moyenne de 1320 milliards de kilowattheures. Elle est située dans la province du Lualaba, à environ 140 km de Kolwezi, et a été construite dans le cadre de la coopération sino-congolaise par le projet sino-congolais des mines (SICOMINES).

Dostin Eugène LUANGE

Dans la même catégorie

Éventuelle levée des sanctions de Dan Gertler: Le CNPAV demande au gouvernement congolais de saisir ses royalties acquises “illégalement”

A la demande du gouvernement congolais, l’administration Biden entrevoit la levée des sanctions imposées à l’homme d’affaires Israélien, Dan Gertler en conditionnant cela à...

Lutte contre la corruption en RDC : Judith Suminwa appelée à interdire aux cabinets politiques de passer les marchés publics

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP), une organisation de la société civile spécialisée dans le contrôle citoyen des finances publiques, demande à la nouvelle...

Équateur : après le gouvernorat, l’Assemblée provinciale exige le gel des comptes de l’exécutif provincial

Les violons ne s'accordent pas entre le gouverneur sortant Bobo Boloko Bolumbu et le Bureau provisoire de l'Assemblée provinciale de l'Équateur.Après le gouvernorat de...

RDC: L’ODEP annonce la mise en place d’une boîte mail verte et de numéros verts pour dénoncer les actes de corruption et de prédation

L'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) a annoncé la mise en place d'une boîte mail verte et de numéros verts pour permettre à la...

Crise humanitaire en RDC : L’Algérie octroie une aide humanitaire de 123,5 tonnes au Gouvernement

La République algérienne démocratique et populaire a décidé d’octroyer une aide humanitaire de 123,5 tonnes au profit du peuple et du gouvernement congolais, en...

Affaire lampadaires et forages : l’étau se resserre autour de Nicolas Kazadi !

Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, pourrait être bientôt devant les juges pour éclairer l'opinion publique sur les soupçons de surfacturation concernant les lampadaires...

Les États-Unis conditionnent la levée des sanctions imposées à Gertler par l’abandon de ses activités en RDC 

L’administration Biden a manifesté sa volonté de lever les sanctions imposées à l'homme d'affaires Israélien, Dan Gertler en lui conditionnant d'abandonner toutes ses opérations...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading