Newsletter

RDC : Samy Badibanga plaide pour une taxe humanitaire pour les minerais de la paix

Tribune

La prédation des minerais à l’est de la RDC continue de fragiliser le territoire. Pour le député national Samy Badibanga, il est temps que ces richesses naturelles, qui alimentent la transition énergétique mondiale, financent également le développement du pays. Alors que la transition énergétique bat son plein dans les pays développés, les minerais qui alimentent cette transformation sont la cause d’un conflit qui ravage l’est de la République démocratique du Congo depuis trente ans.

Les smartphones, ordinateurs et batteries de voitures électriques, qui contribuerait à un trust fund [fonds de placement] « Minerais de paix », financé également par des contributions volontaires d’États intéressés et des grands acteurs de la digitalisation et de la transition énergétique.

Accélérateur de crises

Les priorités du Nord et du Sud sont aujourd’hui divergentes. La priorité de la RDC est son propre développement durable à partir de ses richesses nationales, qui exige de construire ses infrastructures essentielles. La priorité des pays développés, la lutte contre le changement climatique, doit maintenant rencontrer celle du Congo.

La prédation des minerais à l’est de la RDC est la cause d’une crise humanitaire immense, que la transition énergétique des pays développés ne fait qu’accentuer. Avec plus de 10 millions de morts, 10 millions de déplacés, 25 millions de personnes en insécurité alimentaire, des milliers de femmes violées dans les camps de réfugiés, des millions d’enfants privés d’école, exploités dans les mines illégales ou recrutés comme enfants soldats. Point n’est besoin d’en rajouter, la situation est connue. Pour autant, la communauté internationale ferme les yeux, plongée dans une inertie consciente. Étant à la base du conflit, sa responsabilité est pourtant évidente et première. Ni le règlement UE « minerai de sang » ni le Dodd Frank Act des États-Unis n’onpermis d’assurer la traçabilité de l’origine des minerais. Mais les consommateurs européens, américains et chinois ne savent-ils pas que chaque batterie de voiture électrique, smartphone ou ordinateur cause, chaque jour, la mort de femmes et d’enfants dans l’est du Congo ?

Trouver des solutions pérennes

Il s’agit aujourd’hui de trouver les solutions pérennes permettant d’atteindre trois objectifs d’intérêts mutuels, à traiter simultanément. Le premier est la paix et la sécurité dans l’est de la RDC, via un cessez-le-feu et le retrait des troupes étrangères. Le second est la résolution de la crise humanitaire. Le plan humanitaire ONU 2024 pour la RDC ne trouve pas son financement, à hauteur des 2,6 milliards de dollars nécessaires, un chiffre qui en dit long sur l’ampleur du désastre.

Le troisième objectif est la reconstruction et le développement dans la paix. Il est temps que les richesses naturelles minérales du Congo, qui alimentent la transition énergétique mondiale, financent également son propre développement. Pour mobiliser ces financements nécessaires, à l’instar de la taxe Chirac sur les billets d’avion, une taxe internationale devrait être prélevée sur les smartphones, ordinateurs et batteries de voitures électriques pour financer l’assistance humanitaire et la reconstruction des écoles, hôpitaux et routes détruits par le conflit de prédation minière imposé à la population congolaise.

Les fonds collectés par cette taxe humanitaire financeraient alors l’aide humanitaire et la reconstruction de l’est du Congo, sous forme d’un trust fund « Minerais de paix » faisant appel à des engagements et contributions volontaires des grands acteurs privés de la transition énergétique et de la digitalisation.

Car l’impératif est d’agir à plus long terme, par l’investissement, pour que l’exploitation, la commercialisation, voire la transformation aient lieu en RDC et non dans les pays voisins, prédateurs de minerais qu’ils n’ont pas sur leur sol. Il faut repenser l’ensemble de la chaîne de responsabilité et de valeur qui conduit aux sociétés internationales – telles que Tesla, Apple, Huawei… – et jusqu’ aux consommateurs. Personne ne peut aujourd’hui ignorer l’origine de ces minerais. Il est temps que ces minerais de sang deviennent les minerais du développement.

Samy Badibanga, Ancien chef du Gouvernement

Dans la même catégorie

Contrat SICOMINES : Le ministre des Finances examine la mise en place d’un mécanisme financier et de bonne gouvernance pour les ressources issues de...

La gestion des fonds du projet Sino-Congolais des Mines (SICOMINES) était au cœur d'une réunion présidée le jeudi 18 juillet par le ministre des...

RDC : Le gouvernement suspend l’importation des bières et boissons gazeuses pour une durée de 12 mois

Le gouvernement congolais, par le truchement du ministère du commerce extérieur, a suspendu pour une durée de 12 mois, l’importation des bières et boissons...

Spoliation des terrains de la SNCC : la ministre Acacia Bandubola appelée à bloquer la délivrance des titres aux bénéficiaires

Le conseil d'administration de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) sollicite l'implication de la ministre des Affaires foncières, Acacia Bandubola,...

RDC: L’UE alloue 1 millions d’euros pour contenir la propagation de la variole du singe

L’Union européenne (UE) a annoncé, jeudi 18 juillet, l'allocation d'une aide humanitaire supplémentaire de 1 millions d'euros pour soutenir la lutte contre la propagation...

RDC : Le gouvernement mobilise 18,546 millions USD à la séance du 16 juillet 2024 grâce aux Obligations du Trésor

Le Gouvernement congolais, par le truchement du ministère des Finances, a mobilisé 18,546 millions USD lors de la séance d’adjudication des Obligations du Trésor...

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading