Newsletter

Adhésion de la RDC à l’EAC: Voici les inconvénients et désavantages pour le pays (Tribune) 

L’intégration de l’Est, du Nord et du Sud de la RDC à l’espace commun de télécommunication ne peut pas être à l’avantage de cet espace géographique du Congo, telle que décrite par M. Tshisekedi.

Considérant à 47,1 %, le taux de couverture téléphonique pour la RDC, le Congo contribuerait donc à l’avantage de ses voisins dont le taux est respectivement pour le Soudan (100 %), Kenya (86,2 %), Tanzanie (86 %), Ouganda (65 %), Rwanda (62 %). Ces chiffres démontrent très clairement qu’il s’agit d’un marché des dupes. De même, considérant un taux de couverture en électricité de moins de 10 % pour la RDC, nous comprenons tous que cette clause n’est pas profitable à la RDC. 

À monsieur  Tshisekedi de nous répondre, comment négocier un traité international de libre circulation des biens et des personnes qui consacre la balkanisation du pays en intégrant essentiellement que la partie Est, au détriment de l’Ouest, alors que la contribution financière de la RDC à cette organisation Sous Régionale  provient du trésor public?

Des facilités administratives pour les Congolais

L’Etat Congolais devrait d’abord commencer à favoriser l’intégration économique à l’intérieur de ses 26 provinces ; et entre elles dans la mesure qu’elles sont des espaces demandant une intégration économique. En s’ouvrant à ces États d’Afrique de l’Est, M. Tshisekedi met cette partie de notre pays sous contrôle économique extérieur. 

Quant au pacte de sécurité collective 

Celui-ci est un échec et vient de montrer ses limites à travers le dernier communiqué du 28, mars, 2022, des FARDC lu par le Général de Brigade, Sylvain EKENGE qui dénonce les agressions répétées de l’armée Rwandaise et son appui au groupe armé M23, qui œuvre à l’Est du pays.

Absence d’un tissu économique structuré  et stable 

Pour un Congo dont la structure de production est quasi inexistante, une économie extravertie face aux États Est Africains ayant un tissu économique dynamique et assez structuré et constitué d’importantes industries manufacturières. Ces accords plongent de nouveau notre pays dans une dépendance sans précédent. Ils donnent l’accès facile aux ressources minières dont regorgent le Congo, pour lesquelles certains états continuent d’agresser, violer, piller et massacrer nos populations.

De l’augmentation des potentialités économiques et d’opportunités d’investissement en Afrique de l’Est  

M. TSHISEKEDI vient donc d’entériner le dépeçage en douceur du Congo entre l’Est et l’Ouest, offrant les richesses minières, forestières et environnementales  aux multinationales. La mutualisation des forces est une bombe larvée pour la RDC. C’est un grand désavantage, car des armées dites alliées, accèdent au  secret défense, rendent vulnérables nos stratégies des défenses militaires et placent le pays dans l’incapacité de défendre ses frontières, comme observé actuellement.

En externe, certains pays devraient répondre et réparer leurs crimes de sang, alors que d’autres des pillages et d’exploitation en toute impunité de nos ressources naturelles.
Comment intégrer un ensemble « EAC » malade, quant on sait que le Sud-Soudan malade est surexploité par l’Ouganda et le Kenya ; le Rwanda et l’Ouganda sont sur les pieds de guerre ; rappelant que ces deux pays qui occupent, pillent, tuent à l’Est de la RDC se sont déjà militairement affrontés en juin 2000 à Kisangani pour le contrôle des richesses de la RDC causant d’énormes pertes en vies humaines.

Ne faudrait-il pas d’abord régler les contentieux entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda, à savoir :  l’arrêt de l’occupation,  le terrorisme,  les réparations des dommages causés et enfin la stabilité à l’Est? 

Conclusion 

Pourquoi donner libre champ à l’éclosion d’une myriade d’organisations régionales, telles que : L’EAC, la CIRGL, la SADC et la CEEAC ? Et par ailleurs, pourquoi ne pas renforcer la SADC, qui est une organisation sous régionale plus ou moins indépendante et composée d’états démocratiques ?

Ainsi donc, l’ensemble des ressources naturelles que les uns, tout comme les autres, n’ont pu obtenir durant des siècles de résistance, se voient aujourd’hui bradé, volé en éclat par une simple signature ; favorisant ainsi légalement la balkanisation de la RDC.

Albert MUKULUBUNDU
Chargé des Relations Extérieures de Nouvel Élan et Porte-parole 

Dans la même catégorie

RDC : Le gouvernement suspend l’importation des bières et boissons gazeuses pour une durée de 12 mois

Le gouvernement congolais, par le truchement du ministère du commerce extérieur, a suspendu pour une durée de 12 mois, l’importation des bières et boissons...

Spoliation des terrains de la SNCC : la ministre Acacia Bandubola appelée à bloquer la délivrance des titres aux bénéficiaires

Le conseil d'administration de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) sollicite l'implication de la ministre des Affaires foncières, Acacia Bandubola,...

RDC: L’UE alloue 1 millions d’euros pour contenir la propagation de la variole du singe

L’Union européenne (UE) a annoncé, jeudi 18 juillet, l'allocation d'une aide humanitaire supplémentaire de 1 millions d'euros pour soutenir la lutte contre la propagation...

RDC : Le gouvernement mobilise 18,546 millions USD à la séance du 16 juillet 2024 grâce aux Obligations du Trésor

Le Gouvernement congolais, par le truchement du ministère des Finances, a mobilisé 18,546 millions USD lors de la séance d’adjudication des Obligations du Trésor...

RDC: Le gouvernement envisage des mesures pour juguler la fraude des produits miniers qui entrave l’accroissement des recettes publiques

À l'initiative de la première ministre, Judith Suminwa, les membres du Comité de Conjoncture Économique (CCE) se sont réunis jeudi 18 juillet afin de...

La BAD accorde à la RDC un prêt de 117 millions USD pour appuyer la transformation agricole

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 14 février dernier à Abidjan, un prêt de 117,9...

RDC: Doudou Fwamba et l’Association Congolaise des Banques pour une croissance économique durable

Le ministre des Finances, Doudou Fwamba Likunde, souhaite voir les banques congolaises devenir des moteurs de croissance économique et de développement afin de créer...

Parus récemment

Articles populaires

En savoir plus sur DosEco

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading